Mairie de la Wantzenau
11-13 rue des Héros CS 70005 67610 La Wantzenau
Tél.: 03 88 59 22 59
info@la-wantzenau.fr
Horaires d’ouverture :
du lundi au vendredi de 8h15 à 12h et de 15h à 18h. Les jeudis soirs jusqu'à 18h30 (sauf juillet-août).

SPÀRICHLE !

Les asperges !

asperges-01

Känne-n-ìhr dìs elsässische Sprìchwort ? Ke Frìehjohr ohne Spàrichle !

Ja, so-ne Sprìchwort gìbt’s noch nìt, àwwer es kennt. Wenn m’r d’erschte Spàrichle ùfem Märik odder bim Bür fìndt, kànn m’r sicher sìnn, às de Wìnter rùm ìsch.

D’Spàrichle gìbt’s schùn làng bi ùns. D’Rémer hàn se schùn gekënnt ùn ìm Mìttelàlter het m’r se gesse ùn fer medizinischi Zwecke benùtzt.

Vùm 16. bis züem 18. Johrhùndert het m’r àls meh Spàrichle gesse, àwwer m’r het
nùmme d’grìene gekennt, weil se noch nìt ghiffelt sìnn worre.

(Connaissez-vous ce proverbe alsacien ? Pas d’asperges, pas de printemps !

En effet, ce proverbe n'existe pas encore, mais il le pourrait bien. Lorsqu'on trouve les premières asperges sur le marché ou chez les producteurs, on peut être certain que c'est la fin de l'hiver.

Chez nous les asperges existent depuis longtemps. Les Romains les connaissaient déjà, on les mangeait au Moyen-Age et on les utilisait pour des besoins médicaux.

Du 16ème au 18ème siècle on en dégustait tant et plus, mais seules les vertes étaient connues car elle n'étaient pas encore butées.)

 

Wàrùm Spàrichle ìm Elsàss ?

Spàrichle sìnn schùn ìmmer ìm Elsàss gepflànzt worre ùn ’s gìbt üràlti Bìecher wie devùn redde. Wàs sich àwwer ìm 19. Johrhùndert ändert, ìsch d’Àrt ùn Wis wie m’r se zicht.

D’r Louis Gustave Heyler ìsch Pfàrrer ìn Àlgerie, ìn Phillipeville (Skikda) gsìnn ùn dort het er gsähn, wie d’Spàrichle güet ìm àfrikànische Bodde gewàchse sìnn.
1873 ìsch er ùf Herdt gkùmme ùn het gemerikt, às dort aa viel Sàndbodde ìsch. Er het ìn de Büre vorgschlawe, d’Spàrichle wie ìn Àlgerie ze pflànze: d’Wùrzle tìef indëlwe
ùn scheeni Hiffle ze màche.

Gànz schnell ìsch d’Prodüktion gstöjje ùn Herdt ìsch d’elsässisch Spàrichelhauptstàdt worre.
Dìs Johr ìsch’s nìt gànz einfàch, d’Spàrichelwàllfàhrt ze màche, àwwer m’r kànn doch e pààr scheeni ùfem Märik odder bi de Büre fìnde.

(Pourquoi y-t-il des asperges en Alsace ?

Les asperges ont toujours été cultivées en Alsace et de très anciens livres en font état. Ce qui change au 19ème siècle, c'est l'art et la manière de les cultiver. 

Louis-Gustave Heyler était pasteur en Algérie, à Phillipeville (Skikda) et a observé la culture des asperges sur cette terre africaine. En 1873, il est arrivé à Hoerdt et a remarqué qu'il y avait là un sol sablonneux. Il a suggéré aux agriculteurs de les planter comme en Algérie : enterrer les racines profondément et les buter joliment.

La production a rapidement pris de l'ampleur et Hoerdt est devenue la capitale alsaciennedes asperges. 

Cette année il n'est pas très facile de faire sa tournée des asperges  mais on peut en trouver de belles sur les marchés et chez les producteurs.)


Ùn hàn ìhr schùn ejer Quàntùm ghet gkrìejt ?

(D’ailleurs, avez-vous déjà eu votre quota ?) 


OLCA
Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle